RUA – Route de l’art urbain de Salvador

Enregistrer dans les favoris
RUA Roteiro Urbano de Arte. Salvador Bahia. Foto Fernanda Slama .

Des œuvres d’art très intéressantes fusionnent avec le centre historique de Salvador dans une grande galerie en plein air

RUA Roteiro Urbano de Arte. Salvador Bahia. Foto Betto Júnior Secom.

L’un des endroits les plus recherchés et les plus connus de Salvador est son centre historique. Quand vous vous promenez dans les rues pavées de Pelourinho, vous percevez vite que chaque centimètre carré de ce site culturel et ancestral est sur l’itinéraire prioritaire des visiteurs et des résidents. Vous qui aimez contempler la vue du haut de l’ascenseur Lacerda, de la « Praça da Cruz Caída » ou de la terrasse de la « Casa do Carnaval », et contempler la beauté de la baie de Tous les Saints, vous êtes vous déjà demandé ce que vous avez à faire là-bas dans le quartier Comércio? Parce que nous pouvons vous répondre: beaucoup de choses!

Le quartier Comércio a été le premier quartier des affaires du pays et a joué un rôle important dans ce segment jusque dans les années 60. Aujourd’hui, après être passé par un processus de modernisation et de requalification avec l’amélioration des infrastructures et de la mobilité, la valorisation du patrimoine public, la structuration des équipements, en plus d’actions culturelles et d’événements, le quartier s’est transformé.

Histórias dos bairros de Salvador: Comércio

Imaginez que se promener dans ce quartier est une synthèse de ce qu’est Salvador: un mélange de modernité, d’histoire et de patrimoine. Le Mercado Modelo, le Terminal Touristique et l’église « Igreja da Conceição da Praia » sont des lieux touristiques célèbres de ce quartier et une véritable galerie en plein air y a été exposée, disponible pour ceux qui veulent apprécier l’art en dehors des circuits traditionnels. Les rues et les places du quartier regorgent d’œuvres d’art dans des langages les plus diverses et qui ont été installées de manière permanente.

Le projet «RUA – Roteiro Urbano de Arte» vient rendre hommage aux artistes plasticiens du passé qui ont contribué à la construction de l’image visuelle bahianaise et vient aussi mettre en lumière la production artistique contemporaine issue de cette héritage. Y est exposé aujourd’hui le travail de sept artistes et rend hommage à sept autres.

On peut y voir des sculptures, des interventions artistiques et des graffitis des plus grands artistes bahianais d’aujourd’hui, exposés de manière à occuper des espaces spécifiques du quartier Comércio. Les œuvres dialoguent avec l’environnement architectural des lieux et avec les concepts liés aux artistes honorés respectifs.

Le projet développé par la Fondation Gregório de Mattos (FGM), sous la direction de Daniel Rangel, un bahianais vivant à São Paulo, fait partie de la politique de la fondation visant à améliorer le centre-ville. « Visit Salvador da Bahia » vous emmène à RUA – la Route de l’art urbain de Salvador afin de vous faire mieux connaître le quartier, pour que vous puissiez prendre de belles photos et pour comprendre le concept derrière chaque œuvre.

Une révérence visuelle contemporaine

Nous vous conseillons de commencer la visite en prenant le funiculaire Gonçalves, juste à côté de la Casa do Carnaval. Vous pourrez visiter le premier et unique musée des festivités du carnaval avant de descendre par le funiculaire pour Comércio. Nous sommes ici dans la zone 1 sur la carte.

Casa do Carnaval

Viva Páride Bernabó – Bel Borba rend hommage à Carybé

L’oeuvre que l’artiste a créée pour le projet RUA – Roteiro de Arte Urbana, appelée «Viva Páride Bernabó», modifie le paysage du funiculaire « Gonçalves » – qui relie la Ville Haute et Pelourinho à la Ville Basse. Une œuvre qui respire ce qui l’entoure, avec une palette de couleurs présentes dans le Pelourinho et dans les vêtements des passants. L’oeuvre prend la forme d’un serpent qui profite de l’architecture horizontale en pente du lieu et du mouvement du funiculaire pour créer une couleur cinétique dynamique.

Viva Páride Bernabó rend hommage à Carybé, dont le nom de baptême était Hector Julio Páride Bernabó, un artiste qui, bien que n’étant pas né à Bahia, avait des traits qui s’identifiaient à l’imagination de la culture bahianaise. La relation entre Carybé et Bel Borba va au-delà de la question d’aborder un thème commun – la Bahianité. Elle aborde cette subtilité que les deux artistes formalisent dans leurs œuvres.
Après votre aventure en funiculaire, vous arriverez à Rua Francisco Gonçalves, où se trouve la deuxième étape de ce circuit. Nous nous trouvons dans la zone 2 sur la carte.

Juntó – Ayrson Heráclito rend hommage à Mestre Didi

RUA Roteiro Urbano de Arte. Salvador Bahia. Foto Fernanda Slama .

La sculpture «Juntó», d’Ayrson Heráclito, est une œuvre qui ressemble à un totem avec des emblèmes sacrés. Le mot «juntó» fait référence au second orisha ou l’orisha adjoint des adeptes, responsable de leur équilibre et qui accompagne les principaux orishas qui dirigent leurs pensées. La sculpture, dans le cadre du projet RUA – Roteiro de Arte Urbana, est un hommage au sculpteur, prêtre et écrivain de Bahia, Mestre Didi.

La sensation de suspension et d’élévation ressentie quand on observe l’œuvre est formellement liée aux « eguns », entités pour lesquelles Mestre Didi était très attaché, comme par exemple Xaxará de Obaluaiyê (son « juntó ») et Oxé placé sur la «tête» de la sculpture, qui fait directement allusion à Xangô, qui était son orisha régent.

Le recadrage contemporain de la culture afro-brésilienne est l’élément central du travail artistique d’Ayrson Heráclito, qui a traduit et mis à jour le thème à travers des langages actuels. La rencontre de Mestre Didi et Heráclito est rendue possible grâce à une perception esthétique et conceptuelle qui se croise dans la circularité temporelle comme lors d’un xirê, un rituel candomblé qui relie les hommes et les divinités.

Dans la même rue, nous avons une autre œuvre installée volontairement à l’un des nombreux carrefours de Cidade Baixa. C’est la zone 3 sur la carte.

Laroyê – Ray Vianna rend hommage à Mario Cravo Júnior

RUA Roteiro Urbano de Arte. Salvador Bahia. Foto Fernanda Slama .

Le mouvement torsadé des formes, les couleurs utilisées et le nom de la sculpture «Laroyê» font référence directe à Exu, orisha messager entre ciel et terre, chargé d’ouvrir les chemins, et qui vit à la croisée des chemins. La sculpture de Ray Vianna a été créée spécialement pour le projet RUA – Roteiro de Arte Urbana.

Laroyê rend également hommage à l’artiste Mario Cravo Júnior, qui fut l’un des sculpteurs les plus importants de Bahia et qui fut un grand passionné de « exus ». L’influence de Cravo Júnior sur l’œuvre de Ray Vianna va au-delà de la question sculpturale, et se retrouve dans la volonté artistique d’occuper l’espace urbain. Deux sculpteurs organiques, d’époques différentes, qui révèlent à travers leurs œuvres une légèreté improbable des matériaux lourds, comme l’acier, le béton et la fibre de verre, et d’autres moins rigides, comme les crayons, les peintures et les pinceaux.

Connexion graffitis

C’est à ce moment de la visite que commencent les interventions graffitis. Idéalisés et produits par les artistes Bigod, Júlio et Prisk (MUSAS), les œuvres d’arts qu’ils réalisent sont aussi des connecteurs entre une zone et une autre. C’est lorsque vous vous y attendez le moins, qu’un mur ou une route colorée apparaît, et ceux-ci vous guideront à travers le quartier. Les dessins sont une invitation à ralentir et à admirer l’art qui y est présenté dans le cadre de la scène urbaine.

Les artistes de MUSAS ont peint sur l’Avenue de France, l’Avenue des États-Unis, la Rua Miguel Calmon et la Rua Conselheiro Dantas. C’est leur travail qui vous emmènera à Rua do Ourives, la zone 4 sur la carte.

Un jardin pour du silence – Lanussi Pasquali rend hommage à Joãozito

RUA Roteiro Urbano de Arte. Salvador Bahia. Foto Fernanda Slama .

L’intervention artistique «Un jardin pour du silence», de Lanussi Pasquali, propose une scission radicale et organique au milieu du paysage de béton de Cidade Baixa. Le design rhizomatique du jardin et la sculpture poétique se reflètent mutuellement et l’œuvre devient alors une fissure dans le temps et l’espace, pour sauver des plantes et des mots qui ont toujours été là.

Les poèmes coulés dans la structure de fer, qui bougent et se déforment en fonction du soleil et de l’incidence de la lumière, ont été écrits par le plasticien Joãozito, qui est ici honoré. Nous vous suggérons d’arriver vers midi, le moment où les mots sont parfaitement disposés sur le sol.

L’œuvre a été conçue spécialement pour occuper l’espace où elle est installée, une œuvre d’art spécifique (site spécifique), créée dans le cadre du projet RUA – Roteiro de Arte Urbana. Le travail de Lanussi Pasquali est étroitement lié à celui de Joãozito les dernières années, depuis le moment où ils sont devenus partenaires dans l’art et la vie, jusqu’à la mort de Joãozito.

Les propos de Joãozito y résonnent, et ses idées sont devenues réalité, car il rêvait de projets d’occupation artistique dans le quartier de Comércio depuis les années 90. « Un jardin pour du silence » est donc un projet conçu par Lanussi, et plus qu’un hommage, c’est une continuation du travail de Joãozito.

Nous continuons notre route à travers les graffitis de Bigod, Julio et Prisk (MUSAS) jusqu’à la place « Praça da Inglaterra » (Rua Estados Unidos), la zone 5 sur la carte.

Haras pour MBO – Iêda Oliveira honore MBO

RUA Roteiro Urbano de Arte. Salvador Bahia. Foto Betto Júnior Secom.

L’installation artistique « Haras para MBO » transporte la place d’Angleterre dans un autre espace et un autre temps. Un voyage qui nous emmène directement dans l’univers des places et des parcs d’attractions de campagne, diversions qui faisaient parties de la ville par le passé. Ce travail est intéressant du fait de son côté interactif. Les enfants et les adultes peuvent “jouer” sur place.

La culture populaire est la source d’inspiration de la plasticienne Lêda Oliveira, qui redéfinit ses éléments à travers des concepts contemporains, tels que l’interactivité et la sérialité. L’installation que l’artiste a conçue pour le projet rend hommage aux artistes bahianais et aux artisans populaires représentés ici par MBO, qui en plus d’être un peintre naïf important, il était son père. Bien qu’inspirée culturellement par l’environnement dans lequel elle a grandi, c’est Lêda qui a incité son père à devenir artiste ou qui l’a peut-être convaincu qu’il l’a toujours été.

L’idée du « Haras pour MBO » est de faire réfléchir les visiteurs sur la présence de la culture populaire dans notre vie quotidienne, mais aussi de participer et d’interagir avec les œuvres et d’en devenir co-auteurs.
Nous continuons notre périple et c’est juste en face, sur la Praça da Inglaterra, au niveau de la rue Miguel Calmon, que nous arrivons sur la zone 6. Vous y verrez de nombreux graffitis réalisés spécialement pour le projet.

Maternelles – Zuarte rend hommage à Reinaldo Eckenberg

RUA Roteiro Urbano de Arte. Salvador Bahia. Foto Fernanda Slama .

Le premier contact avec la série de cinq sculptures «Maternos» provoque une réaction étrange chez le spectateur. Des figures anthropomorphes qui se fondent avec des ustensiles d’usage quotidien dans un collage improbable plein de courbes déformées. L’humour des compositions ressort peu à peu et le processus affectif avec les personnages commence, mais l’ensemble semble néanmoins venir d’une autre planète.

L’artiste s’est inspiré des figures surréalistes de Reinaldo Eckenberg, un artiste qui a modelé les rêves et même les cauchemars, qu’il a chargé de beaucoup d’humour. Pour honorer l’artiste, Zuarte s’est plongé dans l’univers psychédélique kitsch de l’imaginaire d’Eckenberg pour créer la série Maternos.

Avec une trajectoire qui oscille entre les arts visuels et la scénographie, Zuarte est capable de partager des sentiments créatifs avec une grande rigueur formelle et généreuse. L’artiste s’approprie une esthétique avec laquelle il a cohabité, absorbant et transformant, créant une sorte d’anthropophagie «eckenberguienne».

Les arts des artistes MUSAS continueront de vous guider vers le prochain et dernier arrêt. Nous arrivons finalement sur la zone 7, Rua da Greece.

Lágrimas (les larmes) – Vinicius S.A. rend hommage à Rubens Valentin

RUA Roteiro Urbano de Arte. Salvador Bahia. Foto Betto Júnior Secom.

L’installation artistique «Lágrimas», de Vinicius S.A., nous transporte dans une dimension où le temps et l’espace semblent s’être figés sous nos yeux. Un portail composé d’éléments du quotidien, tels que des ampoules, du nylon et de l’eau, créent une atmosphère immersive et mystique.

L’œuvre « Lágrimas » a déjà été exposée 18 fois, dans 15 villes différentes au Brésil, en Allemagne et aux États-Unis, visitée par environ 800 000 personnes. Les assemblages varient selon l’espace et c’est à Salvador au cœur du quartier Comércio qu’elle vient d’être montée.

La beauté formelle de la composition est renforcée par l’incidence de la luminosité qui déchire l’amas de verre dans un faisceau d’énergie vivant présent sur le lieu. L’œuvre active un sentiment de paix éthéré pacifiste supra-religieux, qui nous fait réfléchir sur la nécessité de ralentir pour profiter du moment présent.

Arte Urbana rend hommage à l’artiste Rubem Valentin. Les approximations entre les deux artistes se retrouvent dans le rapport qu’ils entretiennent avec la spiritualité, dans la préoccupation formelle et dans la capacité à manipuler l’espace et le temps avec leurs œuvres.

Le projet « RUA – Roteiro Urbano de Arte » fait partie de la campagne de la mairie de Salvador visant à valoriser le centre historique de la ville, créé pour encourager les habitants et les touristes à redécouvrir les lieux. Cet itinéraire est une invitation à connaître la ville sous un angle différent, à travers des œuvres qui parlent non seulement de l’expression et du style des artistes, mais aident à raconter l’histoire de la première capitale du Brésil.

Par Fernanda Slama
Coordinatrice du contenu du portail

Remarque:

Le texte est basé sur une analyse de la Fondation Gregório de Mattos (FGM), contenant des explications approfondies sur le projet RUA – Roteiro Urbano de Arte.

Un merci spécial à Fernando Guerreiro, président de FGM, et à son équipe, qui nous ont accompagnés lors des visites.


RUA Roteiro Urbano de Arte. Salvador Bahia. Foto Betto Júnior Secom.

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
10

Autres Feuilles de Route

Calendrier

26
Jan
27
Jan
28
Jan
29
Jan
30
Jan
01
Fév
02
Fév
Voir plus dans Calendrier